Origine de pierrefonds

 D’où viens le nom Pierrefonds : 

Au cours des siècles le nom du village est orthographié de diverses manières. C’est ainsi qu’au Xième siècle on relève le nom de Petrafongio, en 1083-1085, celui de Petrefonte, en 1102, Petrafonte, en 1728, pierrefond et en 1772 celui de Pierrefonds. Parmi toutes ces interprétations successives, il semble qu’il faudrait retenir la final « fons » qui désigne le lieu où apparait une source dont la naissance est aménagée en bassin empierré et non la terminale « fonds » comme actuellement. 

Avant le IIIème siècle, il est difficile de situer précisément l’époque de la fondation du village de Pierrefonds. Toutefois « l’histoire du duché de Valois » rédigée en 1764, par l’abbé Carlier nous en donne un aperçu. Avant l’occupation romaine, l’espace situé entre paris et Laon était occupé par une immense forêt. Les quelque villages existants se situaient sur les rives de l’Oise, de l’Aisne, et de la Marne. Les romains tracèrent de grandes voies de communication  pour faciliter les déplacements des légions et des marchandises. Ces liaisons furent très utilisées, leur entretien assuré. Les vestiges d’une de ces voies, que l’on désigné plus tard sous le nom de chaussée Brunehaut, traverses Pierrefonds. Venant de Senlis, passant près de St Nicolas de Courson, puis le voliard, elle passe par la rue du parc, la rue Melaine, la rue de la pisselotte, monte au mont berny et fait un coude à 90° partant en direction de saint Etienne se dirigeant ensuite vers Soissons. 

Le détour, que fait cette voie importante, n’était pas obligatoire ce qui implique que le village ayant justifié ce détour, devait avoir une certaine importance au plan économique. La présence d’un fanum (petit temple agricole) a été identifiée, ainsi que des thermes, des villas à vocation de « ferme » et probablement des « ateliers » d’artisan dons les pratiques sont nécessaires à la vie d’un village rurale. Ceci n’a rien de commun avec les sites de garnison ou séjournaient des militaires, comme non, à champlieu, par exemple. Le village du mont berny a cessé probablement au IIIème siècle, loirs des grandes invasions, car aucun objet ou vestige postérieur à ce siècle n’a été retrouvé.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×